Circuit Tunisie

Djerba Tunisie: Comment voyager à l’écart des Touristes?

J’aime bien voyager au calme, prendre mon temps, voir ce que j’ai envie à mon rythme, et plus que tout être loin de la horde des touristes. Rien de plus insupportable à mon goût que de se retrouver au milieu de dizaines de personnes, chrono en main pour visiter un maximum de choses en un minimum de temps. Djerba à cette image de la folie touristique, surtout dans la zone du même nom où sont établis la majeur partie des complexes hôteliers. Faire 2h/3h de vols pour avoir son petit m2 de sable n’est définitivement pas pour moi. Ceci dit je n’ai rien contre les touristes, je préfère juste l’image du voyageur solo, mais pas forcément seul, qui prend son temps, bref qui voyage.

Alors comment être à l’écart d’une horde de touriste à Djerba, tout en découvrant l’île à sa manière?

1. Ne séjourner pas dans la Zone Touristique

Si vous voulez être au calme, rencontrer des Tunisiens, converser, partager, etc….n’allez pas vous plonger au coeur de la zone dîtes touristique, excentrée de tout. Rassurez-vous, il y a de magnifiques hôtels, pleins de charmes en dehors de cette zone. Non seulement vous éviterez les bains de foules, mais vous risquez fortement d’économiser sur votre prix d’hébergement. Prenons Houm Souk, la capitale de Djerba, non loin de la Mosquée, dans une petite allée de la Médina se trouve l’ hôtel: El Arisha, plein de charme, un ancien fondouk restauré, où se mélange grand patio intérieur, petit jardin et coin repos. Et c’est loin d’être le seul, dans le même genre, encore un fondouk rénové vous pouvez aussi vous reposer pour 1 ou 2 nuits à l’hôtel Erriadh. Historiquement un Fondouk était un lieu où les marchands et pélerins faisaient halte. Construit autour d’une grande cour, c’était le lieu idéal pour entreposer des marchandises, faire reposer les bêtes dans des écuries ou enclos et bien-sûr offrir le gîte aux gens de passages avec ses nombreuses chambres. Transformé en hôtel, vous pouvez imaginer la particularité de cette cour devenu une forme de grand jardin intérieur ou parfois se trouve une piscine comme à El Arisha.

Djerba Tunisie Fondouk

2. Levez-vous tôt

Oui c’est un classique. Pourtant si vous logez dans l’un des fondouk de la capitale, je vous garanti que vous prendrez un plaisir fou à sillonner les allées de la médina lorsque c’est calme. Vous croiserez ici et là les premiers marchands venus installer leurs boutiques, apprécierez de prendre un jus d’orange pressé à la terrasse d’un café et d’échanger quelques mots avec les locaux sans qu’il y ait cette pression frénétique qui survient dès l’arrivée des premiers groupes de touristes. Vous pourriez alors pousser un peu votre périple et sortir de la médina pour aller à l’un des deux grands café maure de la capitale et vous installez un thé à la main, une pâtisserie de l’autre. Si vous êtes un marcheur dans l’âme et hyper matinale, je vous met au défi d’aller admirer le lever du soleil le long du port bercé du chant de quelques muettes. Tout cela pour dire que cela vaut le coup sans compter que si vous programmez une longue journée de visite à travers l’île, il vaut mieux partir de bon matin.

3. Louez un vélo ou un 2 roue

Un vélo type VTT est sans doute le meilleur moyen de tracer son itinéraire, et d’être à l’écart. Le seul hic c’est qu’il y pas mal de montée par endroit et que si vous n’êtes pas un grand rouleur vous allez vite fatiguer. Ceci dit pédaler le long du littoral, descendre de Houm Souk à Ajim en passant par Er Riadh est une belle manière de voir l’île à son rythme et d’éviter la horde de groupe de touristes, bien que vous en croiserez. Une autre façon pour les moins sportifs consiste à louer un scooter pour environ 45dt la journée et de sillonner l’île, vous aurez un peu plus de mal dans les terrains ou chemins sableux mais vous ferez les points principaux. Et oui il faut savoir que Djerba possèdent un certain nombre de sentiers, la plupart ne sont pas signalés, mais à pied ou en vélo vous pouvez en découvrir – l’idéal étant de se faire guider par un local…et là encore dépaysement garanti, vous sortez de la classique plage de la zone touristique, et tombez nez à nez avec des maisons traditionnels type menzel, des huileries, etc…

4. Faîtes-vous embarquer par un pêcheur

L’exercice n’est pas donné à tous le monde, mais avec un zest de conviction et d’assurance, vous pourrez vous laisser embarquer pour une sortie de pêche avec un des nombreux pêcheurs locaux. Tentez votre chance du côté d’Ajim ou allez au port de Houm Souk. Au pire vous recevrez un non, au mieux vous aurez un souvenir à partager sans compter un repas que vous pourriez allez faire grillé près du marché ou dans la médina avant de le savourer accompagné de petits légumes, riz ou encore frites…

5. Faîtes connaissance – rencontrer des locaux

J’ai bien dit faire connaissance, il ne s’agit donc pas d’entrer dans une quelconque forme de séduction mais bien de faire preuve d’empathie et de sympathiser avec quelques locaux. Pas besoin de faire des efforts surhumain, la plupart ont le contact facile, il suffira d’en faire autant et de faire confiance à la vie. L’un des avantages est de pouvoir participer à des tranches de vies réservées, parfois même de se retrouver autour d’un repas familial…ou encore d’un mariage. Attention toutefois, le bon sens est de rigueur, il ne s’agirait pas non plus de s’incruster mais bien d’être accueilli avec plaisir. Je trouve que cela n’a pas de prix que cette possibilité de partager des tranches de vies familiales avec une convivialité qui a le don de vous mettre à l’aise. Autre possibilité utilisez des réseaux comme CouchSurfing et partager la chambre ou le logement d’un Tunisien pour 1 ou 2j, c’est une manière plus facile que d’être en contact direct avec des locaux, d’avoir des astuces, conseils tout en partageant un bon moment.

Vous n’êtes donc pas obligé de faire comme tout le monde et de vous retrouver au milieu d’une foule de touriste, vous pouvez au contraire découvrir les choses à votre rythme, tout en profitant de la faune, la flore et le folklore local.

Dîtes moi ce que vous en pensez - laissez un commentaire